« Québec, who cares ? »

Le travail des femmes noires et racisées dans les métiers du soin a été salué. Mais avons-nous analysé leur réalité de façon systémique ? Lettre ouverte signée par deux administratrices de la FFQ, Marlihan Lopez et Laïty Fary Ndiaye, publiée le 12 mai 2020 sur Ricochet.

Contrairement à l’expression populaire, nous ne sommes pas toutes et tous dans le même bateau. S’il y a une chose que nous apprenons avec la crise sanitaire actuelle, c’est qu’il n’est plus possible de continuer à ignorer collectivement les inégalités systémiques.

La crise du COVID-19 a tout changé; nous sommes tou.te.s abasourdi.e.s par la mort et la maladie à un niveau jamais vu dans notre vie. C’est ce qu’affirme la juriste afro-américaine Kimberlé Crenshaw dans son podcast Intersectionality Matters. En effet, cette pandémie et la gestion qui en est faite ont accentué des violences structurelles que nos sociétés ont héritées de l’esclavage et du colonialisme.

Division sexuelle et raciale du travail

Rappelons quelques faits. Au Canada, les femmes blanches gagnent 67% du salaire des hommes blancs, alors que les femmes racisées font 59 % de ce salaire (Écarts de revenus au Canada : une inégalité économique racialisée du Centre Canadien de politiques alternatives, 2019). Les femmes noires et racisées font ainsi face à un fossé salarial fondé sur le genre et la race, conséquence d’un marché du travail genré et racialisé.

Cette réalité est un phénomène global où les personnes noires et racisées constituent le cheap labor du régime capitaliste.

Or, pour expliquer cette réalité, plusieurs ont essayé de mettre des mots sur la surreprésentation des femmes noires et racisées dans les métiers du soin, plus précisément dans les CHSLD et autres services de soins. Des centres-conseils en emploi, qui ont une grande clientèle immigrante, soutiennent que le parcours des femmes immigrantes est influencé par différents facteurs, dont leurs statuts d’immigration les rôles sociaux traditionnels occupés par les femmes, etc.

Nous soutenons que cette situation doit être analysée de façon systémique. Les femmes noires et racisées, même lorsqu’elles sont nées au Québec, font face à des obstacles systémiques à l’accès à l’emploi qui sont également liés à diverses formes de discrimination, fondées sur le genre, la race, la classe sociale, la citoyenneté. C’est à cause de ces discriminations qu’elles se retrouvent surreprésentées dans des emplois « traditionnellement féminins », souvent dévalorisés, sous-payés et très précaires.

Pourtant, il est décevant de voir à quel point cette réalité est, à quelques exceptions près, invisibilisée dans les discours gouvernementaux et dans le traitement médiatique des effets de la Covid-19. Celles que certain.e.s appellent nos héroïnes aujourd’hui, car elles s’occupent de nos ainé.e.s, sont aussi les femmes haïtiennes qui étaient « indésirables » en traversant le chemin Roxham lors de la Crise des migrants en 2017.

L’image de la préposée aux bénéficiaires noire qui se valoriserait en prenant soin des autres est sans nul doute le prolongement de la figure de la fameuse nounou noire (Mammy).

Femmes noires, stéréotypes et travail du care

Dans le cas précis des femmes noires, la précarité des emplois et l’écart salarial vont de pair avec des stéréotypes racistes et sexistes véhiculés sur elles dans leur rapport au soin. Ces stéréotypes qui datent du temps de l’esclavage les essentialisent, que ce soit à propos de leurs aptitudes au travail ou par rapport au fait qu’elles soient Noires.

Rappelons le stéréotype de la Mammy ou nounou noire, encore très présent dans l’imaginaire collectif nord-américain qui servait à romantiser les relations entre esclave et maître. Ce stéréotype représente la femme noire comme étant une figure maternante, une travailleuse domestique loyale et dévouée qui peut tout tolérer et qui ne se fatigue jamais. L’image de la préposée aux bénéficiaires, noire, qui se valoriserait en prenant soin des autres est sans nul doute le prolongement de la figure (fantasmée?) de la fameuse nounou noire.

À cet égard, un centre-conseil en emploi a affirmé que, en faisant référence aux femmes préposées aux bénéficiaires,«culturellement elles se valorisent en prenant soin des autres ». Cet argument sert à déculpabiliser la société et le groupe dominant de sa responsabilité dans le maintien des structures de pouvoir qui perpétuent le racisme, la discrimination et le sexisme que vivent les femmes noires. Cela revient à dire, quelque part, « si elles font ces emplois précaires, c’est qu’elles aiment ça! « . Nous reconnaissons là le mécanisme qui fait porter aux victimes le fardeau de la violence qu’elles subissent. Faut-il rappeler que les communautés noires sont parmi les plus pauvres au Québec et au Canada, et que si les femmes noires occupent en grande partie les emplois dangereux et précaires de préposées aux bénéficiaires, c’est davantage par contraintes que par choix.

Les mots de l’écrivaine afro-américaine Zora Neale Hurston résonnent plus que jamais: « Si tu gardes le silence face à ta peine, ils te tueront et ils diront que tu as aimé ça. »

Nous avons collectivement la responsabilité de dénoncer les mécanismes discriminatoires qui confinent les femmes noires et racisées dans des emplois précaires. Résistons à toute lecture culturaliste qui ne remet nullement en question les inégalités structurelles. Il est nécessaire d’interroger les discours que nous choisissons de valoriser en étant attentifs à la division sexuelle et raciale du travail et à la façon dont elle affecte des travailleuses qui ne devraient pas avoir à prendre soin de nos aîné.e.s à n’importe quel prix.

Source : https://ricochet.media/fr/3106/quebec-covid19-racisme-coronavirus-caring

Si seulement nous les avions écoutées plus tôt

Hier nous partagions un article pointant du doigt l’invisibilisation des femmes subissant en premier les effets des impacts du changement climatique dans l’espace médiatique et les raisons sous-jacentes de cette invisibilisation.

Aujourd’hui, pour que vous saisissiez l’ampleur de l’invisibilisation des combats de ces femmes, nous partageons une liste (non exhaustive) de 17 femmes racialisées, activistes pour le climat, et assassinées ces dernières années en raison de leur combat. Que ces assassinats en série ne soient pas plus largement partagés et n’aient pas provoqué un scandale sur l’échelle planétaire pose vraiment question. Sur la seule année 2016, il était recensé au moins 200 assassinats de défenseurs de l’environnement. Parmi ces assassinats, de nombreuses femmes.

  • Laura Leonor Vàsquez  Pineda – Guatemala – assassinée le 20 janvier 2017
  • Francia Marquez – Colombie – tentative d’assassinat le 4 mai 2019
  • Berta Caceres – Honduras –  assassinée le 3 mars 2016
  • Emilsen Mnyoma – Colombie –   assassinée le 17 janvier 2017
  • Yolanda Maturana – Colombie – assassinée le 2 février 2018
  • Juana Raymundo – Guatemala – assassinée le 28 juillet 2018
  • Annaliza Dinopol Gallargo Capinpin- Philippines – assassinée le 22 août 2018
  • Olivia Arévalo Lomas – Pérou –  assassinée le 10 mai 2018
  • Kátia de Sousa Martins- Brésil – assassinée le 4 mai 2017
  • Leonela Tapdasan Pesadilla – Philippines – assassinée le 3 mars 2017
  • Leidiane Drosdoski Machado – Brésil -assassinée le 18 mai 2015
  • Parveen Rehman – Pakistan – assassinée le 13 mai 2013 
  • Jane Julia de Oliveira – Brésil – assassinée le 24 mai 2017
  • Aysin Büyüknohutçu – Turquie – assassinée le 10 mai 2017
  • Guadalupe Campanur Tapia – Mexique – assassinée le 16 janvier 2018
  • Maria da Lurdes Fernandes Silva – Brésil – assassinée le 26 juillet 2017
  • Juventina Villa Mojica – Mexique – assassinée le 28 novembre 2012

Cela souligne de nouveau l’importance de mettre de l’avant l’analyse féministe et intersectionnelle pour parler des enjeux climatiques. Pour rappel, la FFQ sera présence ce vendredi 27 septembre à la marche pour le climat dans un contingent féministe et intersectionnel. Toutes les informations sont ici: https://www.facebook.com/events/448833209174515/