Élections fédérales: invisibilisation des enjeux des femmes marginalisées

Gabrielle Bouchard était hier sur CKIA dans l’émission #QuébecRéveil animée Par Marjorie Champagne.

Face aux candidats politiques locaux, nous avons brassé la cage et parlé de l’invisibilisation des femmes aux marges pendant que certains ont l’indécence de parler de discrimination envers « les hommes blancs ».

Élections fédérales: où sont passés les enjeux féministes ?

Sur l'image est écrit en titre: "LES ENJEUX FÉMINISTES" - en dessous est écrit : "vu par les débats des chefs VS. vu par les expert.e.s de terrain"

Le dernier débat des chefs s’est clôturé hier soir. Encore une fois, nous n’avons que pu constater la superficialité avec laquelle les enjeux féministes étaient discutés quand ceux-ci n’étaient pas carrément ignorés de la discussion.

Pourtant, que ceux-ci soient membres ou non de la FFQ, des groupes syndicaux et communautaires ont formulé des revendications précises quant aux enjeux féministes…

Alors nous avons voulu mettre en image le fossé entre « l’expertise » politique et l’expertise des groupes de terrain lorsqu’il est question des enjeux féministes*:

*Pour avoir une vision plus complète des revendications féministes de ces groupes, rendez-vous sur le site du CDEACF. Un dossier très complet s’y trouve sur les enjeux féministes formulés par les groupes dans le cadre des élections fédérales: http://cdeacf.ca/dossier/elections-federales-2019

#Déciderentrehommes #RacismeSystémique #Etdansnosmouvements?

Photo des candidats Blanchet, Scheer, Trudeau, Singh et le journaliste. Au dessus une capture d'écran du post de Je suis féministe disant #Déciderentreblancs. En dessous une capture d'écran du titre de Radio Canada disant : "Jagmeet Singh interpellé au sujet de son turban à Montréal"

Premier débat des chefs de ces élections 2019 : le droit à l’avortement est “en débat” et les stérilisations forcées vécues par les femmes autochtones invisibilisées, les droits des femmes musulmanes sont “en débat” et Jagmeet Singh est agressé au marché Atwater …. Et tant d’enjeux cruciaux pour l’avenir n’ont pas – ou si mal – été abordés. 

Une chose est certaine, quel que soit le résultat de ces élections, nous aurons besoin de mouvements sociaux forts pour défendre les droits de tous et toutes. Et des mouvements sociaux forts, ce sont des mouvements qui prennent à bras le corps la lutte pour la justice sociale, qui se battent contre l’ensemble des systèmes d’oppression, qui ne laissent personne derrière. Des mouvements qui mettent au centre de la table les voix des femmes les plus marginalisées. Dans les luttes qui s’en viennent, nos mouvements seront d’autant plus forts qu’ils seront à la hauteur de nos principes : inclusifs et démocratiques. 

Justement, il y a quelques mois, Jan Simpson marquait l’histoire en devenant la première femme noire élue présidente d’un syndicat national au Canada, mettant ainsi en évidence que nos mouvements demeurent encore trop souvent masculins et/ou blancs. La semaine dernière, au moment de la mobilisation pour le climat,  des militantes ont déploré la même chose, demandant que nos mouvements se transforment et fassent une place réelle aux femmes autochtones et racisées. Cet été, on apprenait que Pride Montreal avait licencié une travailleuse alors qu’elle déposait un rapport sur l’organisme, montrant qu’il devait en faire plus pour rétablir les liens avec les personnes LGBTQIA+ Noires. En mai dernier,  un syndicat demandait au gouvernement d’aller plus loin dans l’exclusion des femmes musulmanes portant un voile, au lieu de défendre leurs droits. Rappelons-nous qu’après la grève étudiante de 2012, des militantes avaient dénoncé les agressions sexuelles dans le mouvement. Nos mouvement doivent faire mieux.

En fait, ces actualités ne sont que le sommet de l’iceberg : cela fait longtemps que l’on sait que nos mouvements de justice sociale, malgré toute leur bonne volonté, reproduisent des injustices en leur sein. Bien qu’elles aient fait l’objet de multiples recherches, “les logiques patriarcales du militantisme” sont toujours bien présentes : la division sexuelle du travail,  l’invisibilisation constante du travail des femmes pour éduquer et prendre soin; le plafond de verre ; l’absence de conciliation famille-travail-militantisme ; ou encore la sous-représentation. Il y a encore beaucoup à faire à cet égard. Mais ce n’est pas tout, car la plupart des femmes ne vivent pas que du sexisme. Les militantes vivant à la croisée d’oppressions dénoncent depuis longtemps les situations de discriminations systémiques qu’elles combattent dans les organismes, à l’intersection du patriarcat, du racisme, de l’hétérosexisme, de l’hétéronormativité, du capacitisme ou encore de la transphobie. 

Encore trop peu nombreuses, de plus en plus de recherches illustrent les mécanismes par lesquels des milieux militants reproduisent oppressions et inégalités. Pensons à la recherche d’Emily Yee Claire et aux travaux d’Alexandra Pierre sur l’exclusion des femmes racisées dans le communautaire ou à celle de Jade Almeida et Marlihan Lopez sur les violences vécues par les femmes racisées en milieu féministe.  Pour la semaine de l’accessibilité, le Réseau d’action des femmes handicapées du Canada donnait la parole à de nombreuses activistes montrant le capacitisme de nos organismes. Dans ses recherches sur le syndicalisme, Carole Yerochewski écrit: “(…) les inégalités entre femmes se sont accrues. Les femmes sans diplôme et les femmes racisées sont les grandes perdantes de la non-prise en compte du caractère intersectionnel des dominations.” 

Précarité du travail, rémunération au rabais, tokenisation, absence de représentation,  banalisation des agressions, discriminations systémiques, secondarisation et ignorance des luttes, non prise au sérieux des oppressions vécues et des agendas de luttes.  Lorsque les militantes dénoncent ces problèmes, c’est elles qui sont vues comme étant le problème et qui sont amenées à quitter les organismes. Comme l’écrit la féministe Sarah Ahmed : “Celles qui insistent sur la réalité du racisme, du sexisme et de l’hétérosexisme sont accusées d’entêtement : elles refusent qu’on ferme les yeux sur ces réalités.” À la suite de toutes ces militantes, soyons entêtées, refusons de détourner le regard. Audre Lorde écrivait: “Je ne suis pas libre tant que n’importe quelle autre femme est privée de sa liberté” : il y a urgence d’agir pour transformer nos organismes pour que toutes soient réellement libres. 

Mais par où commencer ? 85 % des membres associatives de la FFQ nous ont dit avoir de la difficulté à mettre en pratique un féminisme intersectionnel. Les organismes dans lesquels elles militent, des syndicats et des groupes communautaires, cherchent également des outils pour transformer leurs organismes. Pourquoi tant de militantes quittent nos organismes ou s’y épuisent ? Comment surmonter les multiples résistances à l’intersectionnalité ? Les lieux décisionnels sont-ils représentatifs ? Est-ce que nos “comités femmes” s’adressent réellement à toutes les femmes ? Comment aller au-delà de l’organisation des comités d’équité en silo ? Comment faire pour que nos organismes intègrent de façon transversale les luttes anti-oppressives plutôt que de s’en décharger sur le dos des militantes ? La FFQ elle-même n’est bien sûr pas à l’abri et des militantes nous demandent de revoir nos pratiques pour déconstruire les rapports de pouvoir. Prises dans la précipitation du quotidien, nous manquons d’espace et de temps pour réfléchir à nos pratiques et nos stratégies de luttes. 

C’est pourquoi nous organisons un vaste Forum les 27 et 28  mars 2020 à Sherbrooke : deux journées de formations, d’ateliers et d’échanges pour transformer nos organismes. Des militantes partageront leurs analyses, ressources et stratégies lors de table-rondes et de formations en matinées. Les après-midis, nous ferons des ateliers et pour cela, nous faisons appel à vous ! En effet, nombre d’entre vous ont déjà commencé à changer leurs pratiques: le Forum est l’occasion de partager vos outils et stratégies. Si votre organisme souhaite animer un atelier, il suffit de remplir ce formulaire. Le Forum est gratuit et ouvert à toutes, que vous soyez membre de la FFQ ou non. Les contributions volontaires serviront à soutenir les frais de déplacement et d’hébergement des personnes et groupes en situation de précarité financière. Vous pouvez d’ores et déjà réserver votre place. Nous avons plus que jamais besoin de mouvements sociaux forts, inclusifs et combatifs.

La FFQ interpelle les partis fédéraux sur les enjeux féministes

La Fédération des femmes du Québec, créé en 1966, est un organisme de défense des droits des femmes. Dotée d’un réseau de centaines de membres associatives et individuelles représentant des milliers de femmes à travers tout le Québec, la FFQ développe un travail de sensibilisation et d’alerte sur les violences systémiques qui touchent les femmes. Au sein du mouvement des femmes, la FFQ assume un leadership collectif pour faire avancer un projet féministe de société ancré dans les valeurs de la Charte mondiale des femmes pour l’humanité; l’égalité, la liberté, la solidarité, la justice et la paix. 

Dans le cadre de la campagne aux élections fédérales, nous sollicitons tous les partis fédéraux pour connaître leur programme et leurs positions sur nos champs d’actions décidés avec l’ensemble de nos membres lors de notre dernière assemblée générale. Voici les quatre questions que nous avons envoyées à chacun-e d’entre eux: 

1) Quelle est votre position sur les enjeux féministes ? Si votre parti prend le pouvoir ou a des élu.es à la Chambre des communes, allez vous travailler avec les organismes de terrain qui portent tous les jours les questions des violences structurelles que subissent les femmes ? Allez-vous intégrer dans vos analyses des outils permettant de mesurer l’impact des politiques publiques sur TOUTES les femmes ? 

2) Quelle est votre position sur la question de l’avortement ? Vous engagez-vous à protéger coûte que coûte les acquis des droits des femmes en matière d’avortement ou allez-vous tolérez les discours d’un retour en arrière sur la question de l’avortement et l’autonomie des femmes?  Permetterez-vous aux élu.es de votre parti de participer à des mouvements en ce sens?

3) Quelle est votre position sur la question de la laïcité et de la loi 21 ?  Serez-vous sur la ligne de défense des droits fondamentaux garantissant à chacun-e la libre pratique et la libre expression de sa foi, ou bien tolérerez-vous les tenants d’une laïcité identitaire, prêtes à dicter aux femmes comment se vêtir ?

4) Les femmes subissent en premier et avec une plus grande force, les impacts des changements climatiques. Si votre parti est porté au pouvoir ou vous avez des députés élu.es, comment comptez-vous répondre à cette menace pour les femmes? 

Ces quatre questions revêtent une importance toute particulière dans le contexte d’un clivage entre un féminisme inclusif et un féminisme réactionnaire. Nous espérons que ces questions vous permettront d’exprimer votre projet aussi clairement que possible. Nous restituerons vos réponses fidèlement, afin que chaque électeur puisse en tenir compte dans son choix à l’approche des échéances électorales.

Rencontre avec le Premier Ministre

Le 16 juillet dernier, la FFQ et 5 autres personnes et groupes ont rencontré le Premier Ministre Justin Trudeau et la Ministre Mélanie Joly pour un table ronde sur les droits des femmes, particulièrement en réaction à la mobilisation autour du film Unplanned.

Nous lui avons communiqué notre déception quant au fait que cette rencontre ait eu lieu seulement à la fin de son mandat, en réaction à une histoire liée à l’avortement (qui peut sembler une question politiquement facile à gérer) et que la rencontre incluent seulement 6 invitées, sans chercher à centrer les voix des femmes plus marginalisées. Bien qu’il est important de parler de la montée de la droite, nous avons également mis de l’avant l’état catastrophique du status quo dans un contexte où les droits des femmes sont loin d’être respectés actuellement.

Les principes de justice reproductive, développés dans les années 90 par des femmes noires américaines qui ne s’identifient pas avec les arguments de « choix » et le mouvement très blanc autour de cette question, lui ont été présentés et la FFQ a clairement communiqué que le droits à l’avortement est une question beaucoup plus complexe que simplement la légalité du geste médical. 

Le droit à l’avortement est intimement lié aux enjeux de marginalisation. Nous avons donc parlé des stérilisations forcées des femmes autochtones, des retraits d’enfants autochtone et/ou dont les parents consomment des drogues ou sont autrement marginalisés par la protection de la jeunesse, de l’accès aux soins pour les personnes en région et les personnes sans statut, de la reconnaissance de l’agentivité de toutes les femmes, des enjeux liés à la criminalisation de la non-divulgation du VIH, de la pauvreté et autres barrières à la parentalité, de l’accès à la procréation médicalement assistée et à la contraception, des violences obstétricales et de nombreux autres enjeux. 

De plus, nous avons pu discuter de réforme du mode de scrutin et autres réformes parlementaires ainsi que de la nécessité que le Premier Ministre participe au débat sur les enjeux féministes organisé par Up For Debate.

Notre demande est claire: Que le gouvernement fédéral utilise les outils à sa disposition pour s’assurer de mettre en place des mesure légales, des conditions matérielles et un contexte social qui ancrent réellement la justice reproductive dans la société canadienne pour que ces droits deviennent d’abord réels pour toustes et, ensuite, qu’ils soient tellement acquis qu’ils ne seront plus jamais menacés, que ce soit par la propagande ou par des gouvernements futurs.

Nous espérons voir des actions concrètes.