La traversée du Bateau des femmes pour Gaza a débuté !

Les deux bateaux de cette flottille quittent le port d’Ajaccio en Corse le 14 septembre  pour se déplacer vers un port de Méditerranée et ensuite vers Gaza, où les passagères et l’équipage composée exclusivement de femmes, devraient  arriver au début d’octobre.

L’initiatives est appuyée par plusieurs groupes à travers le monde et ici au Québec , dont le Centre international de solidarité ouvrière et la Fédération des femmes du Québec.

Les objectifs  de cette action de solidarité sont:

  •  de faire lever immédiatement ce blocus immoral, inhumain et illégal de la Bande de Gaza en regard du droit international;
  •  de dénoncer la complicité du gouvernement canadien comme celle de la communauté internationale dans cette politique israélienne de « punition collective » d’une population civile sans défense;
  •  de dire aux Palestiniennes et Palestiniens vivant sous ce blocus qu’elles et ils ne sont pas seul.e.s et que le monde ne les oublie pas.

 

Pour lire le communiqué et en savoir plus – BARCELONE ACCUEILLE LE BATEAU DES FEMMES POUR GAZA AVANT LE PREMIER TRAJET

Pour plus d’informations – DÉPLIANT : LE BATEAU DES FEMMES POUR GAZA

 

Nomination à la présidence du CSF : la FFQ se réjouit et a des attentes élevées

La Fédération se réjouit de la nomination d’Eva Ottawa à la présidence du Conseil du statut de la femme (CSF). Cette nomination d’une femme autochtone de la nation Atikamekw au CSF représente une petite révolution.

 

Mme Ottawa apporte dans ses fonctions une expérience incontournable : conjuguer les droits des femmes au pluriel, connaître profondément l’injustice et la justice. Son parcours politique et professionnel témoigne d’ailleurs de ses capacités à agir pour contrer les inégalités et contribuer à une société plus juste et égalitaire.

 

La Fédération avance depuis une douzaine d’années dans une démarche d’alliance de nation à nation avec Femmes autochtones au Québec (FAQ) qui, à bien des égards, a transformé sa vision et l’a enrichie de nombreux apprentissages. Elle souhaite que, de la même façon, le CSF bénéficie de l’apport inédit de Madame Ottawa. Par sa position privilégiée dans la société québécoise, le Conseil est à même de transmettre une vision renouvelée des discriminations et des oppressions multiples qui empêchent trop de femmes d’accéder à une vie bonne.

 

La FFQ aimerait comprendre qu’en nommant Mme Ottawa, le gouvernement du Québec marque une rupture dans sa manière d’agir en rapport avec les violences faites aux femmes autochtones. Il est temps que ce gouvernement réponde positivement aux demandes de Femmes autochtones au Québec (FAQ) pour une enquête indépendante provinciale sur les rapports entre les femmes autochtones et les institutions policières au Québec, notamment en lien avec les dénonciations des violences exercées par des membres de la Sûreté du Québec. De véritables gestes de réconciliation sont nécessaires : les attentes de la FFQ sont élevées.

 

-30-

 

Source

Cybel Richer-Boivin
514-717-4847

Annulée – 21 sept.: 50e anniversaire de la FFQ – 6 à 8 + quiz féministe

Pour des circonstances exceptionnelles nous avons du annuler l’évènement.

 

Les équipes de la FFQ et des éditions du remue-ménage vous attendent pour un 6 à 8 ludique afin de souligner le 50e anniversaire de la FFQ et le 40e anniversaire des éditions remue-ménage ! Célébrons les luttes et les paroles féministes d’hier et d’aujourd’hui !

Nous vous invitons à prendre part à cet événement mixte où vos connaissances féministes seront testées.

Saurez-vous identifier le titre d’une œuvre et son auteure ?
Connaissez-vous bien l’histoire du mouvement féministe au Québec ?

Osez tester vos connaissances ! Vos efforts pourraient être récompensés par une petite surprise !!

Vous pourrez profiter de l’occasion pour visiter l’exposition 40 ans debouttes pour découvrir le métier d’éditrice et la singularité du livre féministe. L’exposition présente maquettes, livres, documents d’archives, affiches, photos, reliques militantes variées, et raconte le mouvement des femmes à travers les œuvres publiées aux éditions du Remue-ménage depuis 40 ans.

Événement Facebook – Confirmez votre présence et invitez vos ami.e.s !

Quand

Mercredi 21 septembre 2016
À partir de 17 h 30
Quiz de 18 h à 18 h 30

Écomusée du fier monde
2050, rue Amherst, Montréal

— Offre d’emploi — Agente de communication et soutien organisationnel

Contrat de 7 mois
La candidate doit être admissible à une subvention salariale

 

Fédération des femmes du Québec

La Fédération des femmes du Québec (FFQ) est une organisation féministe autonome. La FFQ est un lieu de militantisme et d’action, d’analyse et de réflexion, de débat, de formation et de concertation ouvert à toutes les femmes. À l’intérieur du mouvement des femmes, la FFQ s’inscrit dans le courant qui s’attaque aux systèmes d’oppression ou de domination que sont le patriarcat, le capitalisme, le racisme, l’impérialisme et l’hétérosexisme qui marginalisent et exploitent les femmes aux plans social, économique, culturel, politique et religieux, à l’échelle québécoise, canadienne et internationale.

 

Description du poste

En étroite collaboration avec l’équipe de la FFQ et le conseil d’administration, l’agente de communication et soutien organisationnel participera activement aux travaux du Collectif 8 mars et de la campagne des 12 jours d’action pour l’élimination de la violence envers les femmes. Elle sera également responsable de la préparation du bulletin Actualités féministes. Elle sera notamment responsable de la gestion du matériel (affiche, épinglette, autocollant) pour le 8 mars, de la campagne des 12 jours d’actions sur les réseaux sociaux et de l’organisation d’événements liés au lancement (25 novembre) et à la commémoration de la tuerie de Polytechnique (6 décembre).

 

Principales responsabilités

Collectif 8 mars

  • Participer aux rencontres du collectif ;
  • Préparer les ordres du jour et rédiger les procès-verbaux des rencontres ;
  • Coordonner la gestion du matériel et des commandes pour le matériel du 8 mars ;
  • Soutenir l’organisation d’actions dans le cadre du 8 mars, Journée internationale pour les droits des femmes ;
  • Rédiger des textes pour publication (site internet, réseaux sociaux et bulletin) concernant le 8 mars.

12 jours d’action pour l’élimination de la violence envers les femmes

  • Participer aux rencontres du comité des 12 jours ;
  • Participer au  déploiement de la campagne des 12 jours sur les réseaux sociaux et dans le réseau de la FFQ et de ses allié.es;
  • Planifier les besoins matériels et logistiques pour le lancement et la commémoration ;
  • Rédiger des textes pour publication (site internet, réseaux sociaux et bulletin) concernant la campagne des 12 jours d’action.

Actualités féministes

  • Recueillir les informations pour produire le bulletin (aux 2 semaines) ;
  • Mettre en forme et diffuser le bulletin.

 

Compétences requises

  • Excellente capacité de rédaction en français
  • Expérience professionnelle ou militante en communication et organisation d’événement
  • Expérience professionnelle ou militante de travail en comité (compétences relationnelles)
  • Très bonne capacité à travailler en équipe
  • Bonne connaissance des enjeux féministes actuels
  • Capacité de leadership, d’initiative et d’autonomie
  • Capacité d’analyse et de synthèse
  • Bonne capacité organisationnelle
  • Bonne connaissance des réseaux sociaux
  • Bonne connaissance des logiciels en environnement Windows
 

Il s’agit d’un contrat de 7 mois à temps plein. Les candidates doivent être admissibles à une subvention salariale d’Emploi Québec (entre autres être ni en emploi, ni aux études).

La FFQ souscrit au principe d’accès à l’égalité en emploi et incite les femmes appartenant à un groupe discriminé (par exemple les femmes de la diversité culturelle, les femmes vivant avec des limitations fonctionnelles, les femmes autochtones, etc.) à postuler et à souligner cette appartenance dans leur candidature. Nous reconnaissons les diplômes et les expériences acquises à l’étranger.

 

Si ce poste vous intéresse, veuillez faire parvenir votre curriculum vitae et une lettre d’intention avant le vendredi 5 août à 17 h, à l’attention de :

 Fédération des femmes du Québec
110, rue Ste-Thérèse #501, Montréal, QC, H2Y 1E6
Ou par courriel à l’adresse suivante : crboivin@ffq.qc.ca
(Prière d’indiquer OFFRE D’EMPLOI dans le sujet du message)

 

Nous remercions toutes les candidates qui nous enverront leur candidature, cependant seules celles retenues pour une entrevue seront contactées.

Veuillez prendre note que les entrevues auront lieu dans la semaine du 22 août pour une entrée en poste la semaine du 5 septembre.

2 commentaires

Forum social mondial : découvrez nos ateliers !

Pour en savoir plus sur le Forum social mondial
Pour vous inscrire
Envie d’en savoir plus sur notre implication au Forum social mondial, lisez Forum social mondial 2016 à Montréal en août 2016

Atelier – Marche mondiale des femmes
Libérons nos corps, notre Terre et nos territoires!

Entre le 8 mars et le 17 octobre 2015, sous le thème Libérons nos corps, notre Terre et nos territoires, des militantes de la Marche mondiale des femmes (MMF) se sont faites entendre dans plus de 30 pays et dans 5 régions du monde lors de la 4e action internationale de la MMF. Elles ont contribué aux débats sur la crise climatique, l’exploitation du travail des femmes, les violences et le contrôle du corps des femmes, l’exploitation de la Terre et des ressources naturelles, l’accroissement de la militarisation et la criminalisation des luttes sociales. Elles se sont levées pour résister aux différentes formes d’oppression patriarcales, capitalistes et colonialistes à travers des actions publiques, des marches, des débats, des espaces de formations politiques. Ces actions visaient à réaffirmer que le corps des femmes, la Terre et les territoires ne constituent pas seulement des lieux d’exploitation, mais aussi des espaces de résistance et de transformation pour développer des alternatives féministes et construire un monde aux valeurs de la MMF : l’égalité, la justice, la paix, la solidarité et la liberté pour toutes.

Cet atelier permettra à toutes les militantes de la MMF qui seront présentes de partager leurs expériences de luttes, les enjeux auxquelles elles font face comme féministes dans leurs pays et les stratégies d’action qu’elles mettent en place. Elles aborderont, entre autres, la démarche d’éducation politique et populaire qu’elles ont développé dans le cadre des actions de 2015, la place et la vision portées par les femmes autochtones dans différentes coordinations de la MMF et les alliances crées avec d’autres mouvements sociaux.

Événement Facebook

HORAIRE :10 AOÛT, 9H-11H30
Cégep du Vieux-Montréal (salle à la droite de la cafétéria, 2e étage)
255, Rue Ontario Est
La Casa Feminista du FSM 2016

Intervenantes

  • Militante de la MMF États-Unis
  • Militante de la MMF Brésil
  • Itzel Gonzalez du Mexique
  • Viviane Michel, Femmes autochtones au Québec
  • Mélanie Sarazin, Fédération des femmes du Québec

 

Atelier – Luttes pour la défense des territoires
Résisitances et solidairtés féministes face à l’extractivisme

Partout dans les Amériques et ailleurs dans le monde, les femmes sont au cœur des luttes pour la défense de la vie et des territoires. Ces luttes sont marquées par la répression et la criminalisation des femmes autochtones qui se lèvent pour défendre leurs territoires. Le récent assassinat au Honduras de Berta Cáceres, militante féministe et écologiste du peuple lenca, rappelle les menaces auxquelles font face les femmes, notamment les femmes autochtones, qui dénoncent les impacts des mégaprojets extractifs. Ceux-ci ont, entre autres, des impacts spécifiques liés au genre, dont l’augmentation de la précarité socioéconomique des femmes et l’exacerbation des situations de violence, aggravées chez les femmes autochtones et femmes racisées par les inégalités structurelles déjà existantes.

Cet atelier donnera la parole à des militantes, autochtones et allochtones, venant entre autres d’Amérique latine, et des militantes vivant au Québec, qui se lèvent pour défendre leurs territoires contre des projets extractifs. Il mettra de l’avant les luttes portées par les femmes d’ici et d’ailleurs, pour défendre leurs territoires et communautés dans des contextes marqués par la colonisation, l’exploitation des ressources naturelles, la répression politique et la militarisation. Il permettra également de construire des solidarités entre femmes et féministes en résistance, contre le pouvoir des transnationales, la complicité voire la répression des États pour soutenir des systèmes capitalistes, colonialistes et patriarcaux.
EnglishEspañol

Cet atelier s’inscrit dans la continuité des actions de la Marche mondiale des femmes  2015 et de la tournée Des-Terres-Minées .

Événement Facebook

HORAIRE :10 AOÛT, 9H-11H30
Cégep du Vieux-Montréal (Local 982)
255, Rue Ontario E

Intervenantes

  • Berta Zuniga Caceres, militante du Honduras (COPINH)
  • Maxima Acuna, militante du Pérou
  • Militante des Philippines (nom à confirmer)
  • Diana Potes Colombie (nom à confirmer)
  • Militantes Innues de Uashat-Maliotenam (noms à confirmer)
  • Militantes de l’Abitibi ou de la Gaspésie (noms à confirmer)

Groupes organisateurs : Collectif des Femmes de diverses origines (FDO) –  Comité pour les droits humains en Amérique latine (CDHAL) – Fédération des femmes du Québec (FFQ) – Femmes Autochtones au Québec (FAQ) – Projet Accompagnement Solidarité Colombie (PASC)

Atelier femmes aînées
Vieilles, au-delà des préjugés

Un atelier de sensibilisation réalisé par le Comité des femmes aînées de la Fédération des femmes du Québec (FFQ).

Le défi d’avancer en âge, dans une société qui valorise performance, jeunesse et beauté, exige la remise en question des préjugés et des images stéréotypées, afin de devenir des « âgées agissantes » qui peuvent influencer leur propre vie jusqu’àla fin. Le terme « vieille » dérange beaucoup. Il nous apparaît figé dans le temps et synonyme de pertes, de dégradation, de repliement sur soi, de mise au rancart de la société. Nous avons intériorisé les préjugés et stéréotypes liés à « la femme vieillissante ». Nous reproduisons en quelque sorte l’âgisme ambiant dont, en vieillissant, nous sommes pourtant victimes.

Le présent outil veut permettre à toutes de prendre conscience de divers préjugés reliés à la situation des aînées, qui nous influencent et empêchent les aînées d’être vues et reconnues comme des citoyennes à part entière.

HORAIRE : 10 AOÛT, 13H-15H30
Cégep du Vieux Montréal (Local 4.82)
255, Rue Ontario E

Intervenantes

  • Carole Lejeune
  • Marie Barrette

Langue : Français

 

Régime de pensions du Canada : Les ministres des finances ne font rien pour les femmes à revenu modeste

Montréal, le 21 juin 2016- « L’entente pour une amélioration du Régime de pensions du Canada (RPC) signée par les ministres des Finances le 20 juin ne donnera pas grand chose pour la grande majorité des femmes canadiennes » affirme Mélanie Sarrazin, présidente de la Fédération des femmes du Québec (FFQ). « L’amélioration prévue est tellement modeste que pour la personne qui gagne le salaire moyen des femmes canadiennes, soit un peu plus de 41 000$, la pension augmentera d’environ 3 300$ et cela après 40 années de cotisations. De plus, le plus gros de cette augmentation aura seulement pour effet de réduire le Supplément de revenu garanti. Il en restera qu’une augmentation d’environ 1 600 $. »

 

« Nous avons demandé que le taux de remplacement du revenu passe de 25% à 50% pour que l’ensemble de la classe moyenne puisse maintenir son niveau de vie après la retraite au moyen des régimes publics. Les régimes publics sont plus efficaces et plus équitables que l’épargne individuelle » renchérit Nathalie Goulet, du Conseil d’intervention pour l’accès des femmes au travail (CIAFT). « Les ministres des Finances ne sont même pas allés aussi loin que le 40 % prévu pour le Régime de l’Ontario. Ils sont même en deçà du 35 % qui semblait avoir fait le consensus des ministres des Finances en 2013 et qui avait été bloqué par le gouvernement Harper. »

 

« Non seulement la femme à revenu moyen bénéficierait-elle peu de la réforme, mais elle risque aussi de payer plus proportionnellement » souligne Sylvie Lévesque de la Fédération des associations de familles monoparentales et recomposées du Québec (FAFMRQ). « Par exemple, une femme qui gagne 41 000 $ sera trop « riche » pour profiter de la hausse de la PFRT prévue pour les plus pauvres, mais pas assez riche pour bénéficier de la conversion du crédit d’impôt pour les cotisations au RPC en déduction fiscale. Elle devra alors payer la pleine hausse de la cotisation. »

 

Les groupes nationaux et regroupements provinciaux féministes, membres du G13 s’inquiètent également de la déclaration du ministre des Finances du Québec, Carlos Leitão, à l’effet que le Québec prendra une approche différente favorisant, entre autres, l’épargne volontaire. On peut aussi craindre que la hausse des prestations au RRQ pour les personnes à revenu moyen soit encore plus « modeste » que ce qui a été convenu pour le RPC.

 

Retraite Québec prévoit une consultation à l’automne sur l’avenir du Régime de rentes du Québec. Déjà en 2003 et en 2009, le gouvernement a proposé de réduire de façon considérable les rentes de conjoint survivant sur lesquelles beaucoup de femmes âgées comptent après le décès de leur conjoint. « Nous craignons qu’après ces réformes, les femmes se retrouvent avec encore moins d’argent à la retraite qu’actuellement » conclut madame Sarrazin.

 

-30-

Source

Cybel Richer-Boivin, Fédération des femmes du Québec, 514-717-4847

 

Membres du G13

Alliance des femmes handicapées du Québec (AFHQ)
Alliance des maisons d’hébergement de 2e étape pour femmes et enfants victimes de violence conjugale
La Concertation des luttes contre l’exploitation sexuelle (CLES)
Centre de documentation sur l’éducation des adultes et la condition féminine (CDEACF)
Conseil d’intervention pour l’accès des femmes au travail (CIAFT)
Fédération des associations de familles monoparentales et recomposées du Québec (FAFMRQ)
Fédération des femmes du Québec (FFQ)
Fédération des maisons d’hébergement pour femmes (FMHF)
Fédération du Québec pour le planning des naissances (FQPN)
Femmes autochtones au Québec (FAQ)
L’R des centres de femmes du Québec
Réseau d’action pour l’égalité des femmes immigrées et racisées du Québec (RAFIQ)
Regroupement Naissance-Renaissance
Regroupement des maisons pour femmes victimes de violence conjugale (RMFVVC)
Regroupement québécois des CALACS (centres d’aide et de lutte contre les agressions à caractère sexuel)
Relais-femmes
Réseau d’action pour la santé des femmes
Réseau des lesbiennes du Québec (RLQ) –  Quebec Lesbian Network
Réseau des tables régionales de groupes de femmes du Québec

 

 

En faveur d’une nouvelle législation du droit de la famille

L’affaire Éric c. Lola, il y a déjà plusieurs années, a révélé les zones d’ombre de la législation du droit familial au Québec et la nécessité de revoir cette loi afin qu’elles prennent en compte les réalités familiales actuelles, le bien-être des enfants et l’égalité entre les femmes et les hommes et les femmes elles-mêmes.

La FFQ militera donc pour une nouvelle législation du droit de la famille qui s’assure :

  • De la prise en compte de la diversité de la composition des  familles ;
  • D’éviter que les femmes et les enfants portent le fardeau de l’appauvrissement inhérent à une séparation ;
  • De permettre aux femmes de quitter une situation de violence de façon sécuritaire ;
  • D’un traitement égal des femmes, peu importe leur statut et leurs identités ;
  • D’une cohérence entre le droit fiscal et le droit civil pour assurer l’équité.

La FFQ revendiquera également la tenue d’un débat public large sur la réforme du droit familial.

Elle exigera également que le gouvernement produise une analyse différenciée selon les sexes (ADS) de toute nouvelle législation sur le droit de la famille.

Publication

Lire la réaction conjointe de la FFQ avec la FAFMRQRéforme du droit familial : le Québec doit sortir de son immobilisme !

Texte paru dans le FFQ en bref de mars 2016Le droit familial : un enjeu d’égalité!

Revenu social universel garanti : une réflexion à poursuivre

Les membres réunies en AGA ont pris la décision de mettre en dépôt la proposition du CA de la FFQ sur le revenu social universel garanti. Cette mise en dépôt n’est toutefois pas une absence d’intérêt pour les enjeux suscités par le RSUG, mais reflète la volonté des membres d’approfondir leurs connaissances avant de prendre position.

Avec l’objectif de traiter du RSUG lors de l’AGA 2017, les membres ont adopté une position engageant les membres à réfléchir au RSUG en prenant en compte les aspects critiques de ce modèle ainsi que les autres possibilités.

Les membres ont dans le même esprit voté pour l’organisation d’une journée de réflexion de manière à prendre une position éclairée. Cette journée de réflexion s’articulera autour des objectifs suivants :

    • Garantir une vie digne et l’exercice des droits humains;
    • Reconnaître les contributions sociales de toutes les personnes, quelle que soit leur forme;
    • Lutter contre la pauvreté et pour une répartition plus juste des richesses;
    • Permettre aux femmes de préserver leur autonomie et de faire les choix qui leur importent dans leur vie, notamment de sortir d’une situation de violence conjugale, d’itinérance ou d’un travail non désiré.

Les membres ont aussi voulu prendre en compte le contexte politique. En effet, le ministre François Blais a manifesté son intention de créer un revenu minimum garanti (RMG); il ne serait donc pas étonnant qu’un projet en ce sens soit déposé au cours de l’année à l’Assemblée nationale.

Les membres ont indiqué quelles étaient les conditions minimums auxquelles un tel projet devrait répondre.

La FFQ s’opposera donc à toute proposition gouvernementale de mettre sur pied un revenu minimum garanti qui ne répondrait pas notamment aux conditions suivantes :

  • Assurer la couverture des besoins selon le montant déterminé par la Mesure du panier de consommation (MPC);
  • Des services publics universels et gratuits;
  • Un salaire minimum et des normes du travail viables;
  • Éviter le piège de la valorisation de la place traditionnelle des femmes et l’invisibilisation de leur travail de soins.

Publication

Texte paru dans le FFQ en bref de mars 2016Un revenu social universel garanti – un revenu pour tout le monde

Les collectives: des espaces de militance autonomes et autogérés

Les nouvelles structures de la FFQ sont résolument organisées afin de favoriser la participation des militantes, tant aux réflexions qu’aux actions, et de démocratiser la Fédération. Les collectives sont des espaces autonomes et autogérés qui permettent aux membres individuelles de se regrouper en collective sur une base thématique, affinitaire ou géographique.

Types de collectives

Les collectives peuvent réunir les membres individuelles sur une base :

  • géographique (des membres habitant une même ville ou région, etc.),
  • thématique (des membres souhaitant réfléchir sur une problématique ou un sujet touchant la condition des femmes),
  • affinitaire (des membres vivant une même condition ou situation, ayant des intérêts communs telles les personnes transgenres, les femmes aînées ou les femmes racisées, par exemple).

Autonomie

Les collectives sont autonomes et autogérées. Les collectives ne reçoivent pas de mandat du conseil d’administration ou de l’assemblée des membres, mais peuvent soumettre des propositions à ces deux instances. Elles peuvent collaborer avec les comités ou sous-comités des champs d’action ou encore les alimenter. Elles peuvent, si telle est leur volonté, soumettre un bref rapport d’activités à l’Assemblée générale annuelle.

Exigences

Chaque collective doit aviser par écrit la FFQ de son existence, du motif de sa mise sur pied et de la liste de ses membres. Elle devient officiellement collective de la FFQ après avoir été acceptée officiellement par le conseil d’administration.

Une collective ne peut agir au nom de la FFQ ni la représenter à moins d’avoir reçu un mandat à cet effet du conseil d’administration ou du comité exécutif.

Budget

Chaque collective ne reçoit pas d’emblée un budget, mais la FFQ réservera un budget global pour les collectives. Sur présentation d’une demande, d’un projet ou d’une activité spécifique, une collective pourra recevoir une somme d’argent. La FFQ développera une politique de financement afin de tenir compte de son contexte financier.

Envie de créer une collective ? Vous souhaitez en savoir plus ? Contactez-nous à militantes@ffq.qc.ca pour toutes questions concernant les collectives.