AGA 2019 : propositions votées et orientations futures

À Montréal, le 29 mai 2019,

Ce samedi 25 mai et ce dimanche 26 mai, les membres de la FFQ ont voté en assemblée générale dix propositions fortes dans un contexte de montée des extrêmes qui prend racine au Québec et ailleurs. Entre autres propositions sur la réforme du mode de scrutin et la sécurité et l’autonomie économique, les membres ont entériné deux propositions sur la laïcité et le port du voile.

Dans la foulée de notre allocution à l’assemblée nationale le 16 mai dernier, nos membres ont ré-appuyé notre refus du projet de loi 21. La proposition votée sur la laïcité vise à participer aux efforts des organismes de défense des droits pour retirer ce projet de loi discriminatoire et à développer des outils d’éducation populaire sur le principe de laïcité de l’Etat.

Chacune de ces propositions réaffirme que nos actions sont bien ancrées dans notre mission et notre déclaration de principe et qu’aucun compromis ne sera fait sur le dos des droits de toutes les femmes. La Fédération des femmes du Québec refuse la voie de la facilité ou du plus grand nombre parce que lorsque celles qui sont les plus marginalisées gagnent en droit, nous sommes toutes gagnantes.

Dans un climat de montée des extrêmes-droites, la Fédération des femmes du Québec entend bien jouer son rôle de rempart contre les attaques au droit des femmes les plus marginalisées.

Elle entend aussi continuer de protéger les droits fondamentaux de l’ensemble des femmes québécoises. Les récents reculs de droits à l’avortement dans plusieurs états des États-Unis sont préoccupants et appellent à un renforcement de nos positionnements sur le principe “nos corps, nos choix”. Les propositions votées sur la réforme du mode de scrutin et la sécurité et l’autonomie économique sont importantes pour que les femmes québécoises puissent sortir de la pauvreté et affirmer leur autonomie sur le plan économique et politique. Les membres souhaitent que la FFQ continue de jouer un rôle actif au sein du Comité des 12 jours d’actions contre les violences faites aux femmes, du Collectif 8 mars et dans la préparation de la Marche mondiale des femmes de 2020. Face aux conservateurs qui gagnent du terrain, la protection de nos droits les plus fondamentaux et nos gains en terme de pouvoir économique et politique sont plus que jamais nécessaire.

D’autres propositions votées sur la participation des régions, l’action intersectionnelle et nos priorités annuelles visent à renforcer nos structures internes pour améliorer notre capacité de répondre à notre mission de représentation des enjeux féministes au Québec, avec les spécificités propres aux femmes habitant en région.

Dotée de ces outils et de ces orientations, la FFQ veut continuer son travail de défense des droits des femmes, de défense de l’égalité entre les hommes et les femmes et entre les femmes elles-mêmes.

Les propositions votées et notre expertise sur ces sujets sont des ressources que nous entendons continuer à mettre à disposition de nos interlocuteurs et interlocutrices gouvernementaux. Plus que jamais l’écoute des premières concernées est nécessaire.